NASSARA BYE BYE

En novembre 2006 et février 2007, Philippe découvre le Burkina Faso par le biais d’associations humanitaires : «Kontacts», «AFDI», «Armanioc». L’idée d’une exposition et d’un ouvrage réalisés au profit de ces associations et témoignant du travail qu’elles réalisent là-bas naît bientôt. L’exposition sera créée dans le Gers en Avril 2007. Elle sera souvent accompagnée de conférences sur la question humanitaire et l'aide au développement, ainsi que de concerts de musiques africaines…


Cliquez sur les photos pour les agrandir et déplacez la barre de scroll horizontale sous les photos pour naviguer de droite à gauche.   

« Nassara Bye Bye » est un voyage photographique au cœur du Burkina Faso…
De Kaya, au nord du pays, jusqu’à Banfora, à l’extrême sud, près des frontières de la Côte d’Ivoire et du Mali, je me suis laissé séduire et envoûter par ces contrées arides, ne trouvant parfois en moi, pour m’aider à supporter la difficulté de vivre dans un climat souvent hostile, que mon amour sincère et ma fascination pour des gens avenants aux regards non blasés, pour une jeunesse enthousiaste, motivée, assoiffée d’apprendre, respectueuse des anciens, et pour ces enfants d’une vitalité extraordinaire, d’une politesse exemplaire, vous jetant gaiement au visage leurs Bye Bye de bienvenue ou d’adieu sur votre passage…

« Nassara bye bye » c’est aussi un regard, une réflexion sur la question humanitaire…
Qui aide qui ? Qui a véritablement besoin de qui ? De quoi ? Pourquoi ? Comment ?
J’ai voulu en savoir plus… Je suis parti avec les blancs (nassara, en langue moré), je suis resté avec les noirs… D’abord présent aux côtés de jeunes français en difficultés scolaires emmenés là-bas par l’association Kontacts, afin qu’ils puissent confronter leur problèmes de blancs à ceux des jeunes burkinabés, je suis ensuite parti sur différents sites pour me rendre compte du travail accompli par d’autres associations françaises… En effet, depuis parfois plus de 20 ans, certaines d’entre-elles oeuvrent ardemment dans divers domaines pour aider comme il se doit des provinces reculées livrées à elle mêmes, dans un dénuement total d’équipements sanitaires, éducatifs et agricoles… A l’image d’Armanioc, des centaines d’associations françaises sont engagées au Burkina Faso… Disposant de peu de moyens pour faire connaître leur travail, j’ai décidé de mettre mon regard de photographe à leur service... Chaque exposition est accompagnée de rencontres, de débats, de concerts, permettant de valoriser leur action et par la même occasion de faire connaître la culture et le mode de vie des burkinabés…
Tant d’idées reçues circulent sur le compte des uns et des autres ! Des deux côtés nombreuses sont les victimes de préjugés qu’il est temps d’amoindrir… Seul le chemin vers la connaissance de ce qui nous différencie peut éviter de parler et d’agir en dépit d’une sagesse dont les blancs font souvent défaut… et que les noirs sont malheureusement prêts à renier pour obtenir parfois ce qu’ils ne savent pas qu’ils n’ont pas besoin…
Mais le concept d’humanitaire, fréquemment associé à la notion d’une ingérence qui n’est pas toujours du goût des principaux concernés, semble enfin trouver ici une heureuse alternative : l’aide au développement. Bannissant le don systématique et forcément sélectif dont les résultats sont catastrophiques sur les mentalités, celle-ci n’est basée que sur un échange équitable, une aide raisonnée, correspondant à des besoins précis et surtout engageant la responsabilité des bénéficiaires...

Cependant, la notion d’humanitaire ne peut se réduire à une simple question de pauvreté ou de richesse matérielles, car dans bien d’autres domaines l’homme blanc ne va pas mieux que le noir, c’est souvent misère contre misère, et face à la difficulté d’établir une relation saine, de mettre en place une entraide efficace, basée sur une amitié sincère, respectueuse de mentalités et de cultures souvent incompatibles, dans le constat mutuel de leurs échecs respectifs ne se présente plus parfois aux blancs et aux noirs qu’une seule issue : se griser de leur différence…

Philippe Candelon   

Si vous souhaitez accueillir l'exposition chez vous et connaître les conditions, contactez Philippe en cliquant ici.
CNIL n°1231161
Réalisation STUDIO DE LÀ ®. Tous droits réservés.